East, West. Asia, Europe. The Biennale 2000 takes us down the Silk Roads, that narrow line which for two thousand years has led men from deepest Samarkand to the Gates of Venice, from the banks of the regal Rhône to the banks of the river Amour. Through the trade in fabrics, gold and ideas the Silk Roads form a link between skills and cultures, harking back to the time when different worlds were just beginning to learn about each other.

In a few pages of this extraordinary tale of adventure, illustrated by eight hundred dancers, musicians and singers, the Biennale 2000 invites you on a voyage of discovery from Tokyo to Peking, Bangkok to Madras, Seoul to Alexandria, Taipei to Lyon's Croix Rousse silk workshops. Against a background of timeless drumming, surrender to your feelings, to the spellbinding beauty of classical Chinese dance, the leading actors of Japan's kabuki, Thai shadow theatre, Indian kathak and the sublime images offered by performers come from Asia to share their creative passion with artists from the Rhône-Alpes Region. An invitation to meet with others, with their cultures and religions, their art and their specific genius, silk opens the gateway to knowledge. Let's take to the road together…

Guy Darmet, Artistic Director.

 

 

 

LE PROJET ARTISTIQUE DE LA BIENNALE 2000

Orient, Occident. Asie, Europe. La Biennale 2000 nous ouvre les Routes de la Soie, fil ténu qui relie les hommes depuis deux millénaires des faubourgs de Samarkand aux portes de Venise, des rives du fleuve Roi à celles du fleuve Amour… Commerce de la soie, de l’or et des idées, trait d’union des talents et des cultures, les Routes de la Soie nous content la rencontre de ces mondes qui apprirent à se connaître...

En quelques pages de cet extraordinaire livre d’aventures illustrées par huit cents danseurs, musiciens et chanteurs, la Biennale 2000 vous invite au voyage et à la découverte, de Tokyo à Pékin, de Bangkok à Madras, de Séoul à Alexandrie, de Taipei… à la colline de Jacquard. Au son des tambours éternels, avec l’émotion pour seul guide, laissez-vous envoûter par la beauté de la danse classique chinoise, des figures du Kabuki japonais, du théâtre d’ombres thaï, du Kathak indien… Et les images sublimes des jeunes créateurs asiatiques, étonnants de modernité, en résonance avec les artistes de Rhône-Alpes. Comme une invitation à rencontrer l’autre, sa culture et sa religion, son génie et son art, la soie nous ouvre les portes de la connaissance. Faisons route ensemble…

Guy Darmet, Directeur Artistique.

   

CARTE SIMPLIFIEE DES ROUTES DE LA SOIE

Ouvertes vers 100 avant l’ère chrétienne, les Routes de la Soie traversaient l’Asie par voie de terre sur des ramifications couvrant quelques huit mille kilomètres. Partant de l’ancienne capitale chinoise (aujourd’hui Xian), elles longeaient la Grande Muraille de Chine, pour contourner ensuite le désert du Taklamaran puis empruntaient des cols d’altitude pour franchir les chaînes montagneuses d’Asie Centrale qui forment le toit du monde. Les voyageurs cheminaient alors à travers l’Afghanistan et l’Iran pour atteindre la Méditerranée. Les voies maritimes composant les Routes de la Soie s’étendaient autour de l’Asie sur plus de quinze mille kilomètres.

Elles s’égaillaient à travers les mers de Chine vers la Chine et le Japon et à l’ouest, vers l’Inde et au-delà. Pour atteindre l’Europe et la Méditerranée, les marchandises remontaient par le Golfe Persique ou la Mer Rouge et, sur terre, par des villes telles qu’Alexandrie. Les convois de bateaux et les caravanes d’Orient très prisées en Occident regorgeaient non seulement de soieries mais aussi d’épices, bois précieux, animaux, plantes rares et ivoire.

En échange, l’Occident offrait coupons de coton, étoffes de laine, perles, corail, ambre, or et argent. Cependant les produits rares et exotiques ne furent pas les seuls à transiter par les Routes de la Soie. Par ce biais, les sciences et techniques, notamment l’écriture, l’agriculture ou le tissage, se répandirent.